Alicia, Photographe

Alicia, c’est la photographe de l’association, mais pas que ! Elle crée les visuels et les vidéos pour la communication. La permanente au Lieu, c’est elle.

Sa disponibilité et sa polyvalence font d’elle un atout précieux pour notre équipe. Le soleil de Poésie des Savoir-faire !

Poésie des Savoir Faire : Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Alicia : Hello ! Je m’appelle Alicia et je suis photographe. Je fais aussi de la gravure sur verre et je prends part aux projets de l’association comme beaucoup d’entre nous, de plein de manières différentes.

PdSF : Pourquoi as-tu rejoint l’association ?

A. : On s’est trouvés et on s’est bien entendus assez immédiatement, donc dans ce genre de contexte, les choses se font plus naturellement. J’ai senti que je pourrais y évoluer aux côtés de gens cool avec des personnalités variées et complémentaires. On se soutient et on se sent moins seule, on décide de vivre avec l’énergie du groupe, et on s’enthousiasme ensemble ! Ça nous permet aussi de collaborer, de mutualiser notre matériel, nos bagages, nos compétences et de créer ensemble de nouveaux projets au fil du temps.

PdSF : Quel est ton rôle dans l’association aujourd’hui ? Quelles sont tes principales missions au quotidien ?

A. : Alors c’est ça que j’aime dans les projets organiques et humains comme celui de l’asso, c’est que, niveau rôles, on expérimente plein de choses ! De mon côté, je suis surtout une sorte de chargée de communication, et je gère surtout la création graphique et le contenu photo / vidéo pour les réseaux sociaux. On a des rôles bien différents et complémentaires avec mes collègues du groupe communication 🙂 Par ailleurs, étant souvent au Lieu, je réponds au téléphone, je renseigne des gens, je fais un peu de coordination, comme on dit.

PdSF : Pourquoi as-tu choisi d’être photographe ?

A. : J’ai toujours eu un attrait pour les choses gracieuses et les jolis détails. J’attachais de l’importance à l’esthétique dans à peu près tous les domaines de ma vie. Je pratiquais des sports artistiques, j’essayais d’écrire joliment, de m’améliorer en dessin, etc. À une époque, je prenais en photo toutes sortes de choses un peu incongrues ou absurdes, genre des encombrants disposés de manière supposément aléatoire. Je voulais juste trouver du beau partout et notamment dans les “accidents”, les choses “pas faites exprès”. Je voulais proposer aux gens de voir cette beauté qu’on ne regarde jamais. S’il existait des photos de ces “banalités”, ça les rendait peut-être un peu plus spéciales pour les gens qui ont l’habitude de les ignorer. À côté de ça, la nostalgie fait que je tiens beaucoup à garder des traces et des témoignages du passé, des moments heureux, de quand il fait beau. Faire des photos, c’est notamment se donner la possibilité de garder des images des choses qu’on aime ou qu’on a aimées, en essayant de les montrer telles qu’on les a perçues et appréciées. C’est avoir des témoignages intemporels de la manière dont on veut se souvenir de ces choses.

PdSF : As-tu une anecdote à nous raconter sur ton activité ?

A. : J’aime bien faire des séances photos des créations d’artisan.e.s parce que c’est toujours différent. On change de produit, de matière, de propos, de texture, de dimensions, etc. Alors, à chaque shooting, quand c’est bon, qu’on sait qu’on s’approche d’un résultat qui fonctionne vraiment bien, et on vit ça comme si on redécouvrait l’objet en question. C’est un moment joyeux assez grisant !

PdSF : En plus, d’être photographe tu es graveuse sur verre, peux-tu nous en dire plus ?

A. : Alors, je vous invite plutôt à découvrir la gravure sur verre en vrai, surtout ! J’aime beaucoup cette possibilité accessible de graver des choses qu’on aime ou qui nous font rire dans les objets du quotidien 🙂 J’aime le défi de le réaliser des commandes, discuter avec des gens pour trouver la meilleure idée cadeau pour leurs proches.

PdSF : Donnes-tu des ateliers et si oui, lesquels ?

A. : Oui ! Je propose des ateliers de découverte du mode manuel sur appareils photo numériques de type réflexe et hybride, et des ateliers de gravure sur verre, évidemment !

Découvre notre offre d’ateliers créatifs animés par nos artisans

PdSF : Quel est ton incroyable talent ?

A. : Je sais faire le bruit de la chantilly qui sort d’une bombe de chantilly / d’un siphon… Un peu abstrait dit comme ça, mais apparemment, je le fais bien.

PdSF : Si tu devais te réincarner en animal. Lequel choisirais-tu ?

A. : Peut-être un oiseau pour voler, ou un chat parce que c’est gracieux et très agile. Mais je préfèrerai un herbivore donc peut-être une girafe. Elles ont un regard de ouf, les girafes <3 Et niveau port de tête, on peut difficilement rivaliser !

PdSF : Où peut-on te retrouver ? (réseaux, site, atelier, marchés, expos…)

A. : En virtuel, j’ai juste un Instagram que j’essaie de faire vivre occasionnellement. Et en vrai, c’est au Lieu de l’association à Pontoise, essentiellement, sinon sur des événements avec Poésie des Savoir-faire.

PdSF : As-tu un conseil pour se lancer dans l’artisanat ?

A. : J’ai quelques idées :

Déjà, j’inciterai à échanger avec des artisan.e.s pour avoir un aperçu de ce que ça peut être au quotidien. Ça peut permettre d’essayer de projeter plus concrètement ce que la vie d’artisan.e peut impliquer. Pour cela, vous pouvez venir au Lieu à Pontoise, ou nous rencontrer lors d’événements, par exemple.

Et sinon, il y a un écueil dans lequel nous sommes beaucoup à tomber, c’est celui de mêler notre valeur ou notre estime de nous à ce que l’on fait. Ça fait que certaines critiques constructives peuvent être mal reçues parce qu’on a pas coupé le cordon avec ce que l’on crée. Ce que l’on crée nous appartient entièrement pendant la réalisation, mais une fois qu’on l’expose à la vue de tous, il ne faut pas perdre confiance en soi parce qu’on a pas écoulé tout son stock en une matinée, ou parce qu’on ne poste pas dix fois par semaine sur Instagram. Proposer les bonnes créations au bon prix, aux bonnes personnes et de la bonne manière, via les bons canaux de distribution et de diffusion etc, c’est souvent loin d’être évident et rapide. C’est un processus qui faut accueillir et traverser à son rythme plutôt que de le subir.

Sylvie, Artisane cirière

Portrait de Sylvie, cirière en cire d’abeille
Portrait de Sylvie, cirière en cire d’abeille

Poésie des Savoir Faire : Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Sylvie : Cirière en cire d’abeille : c’est ma vie 2.0 d’artisane. D’une certaine manière, je peux dire que je prends la suite du travail des abeilles. J’éprouve un grand plaisir à participer à la récolte de la cire à la miellerie chez mon apiculteur. Une fois nettoyée de toutes impuretés, j’utilise les pains de cire pour créer des bougies. La cire d’abeille me sert également à réaliser des bee wrap (alternative écologique et durable au film alimentaire et à l’alu).  

PdSF : Tu fais partie des fondateurs de l’association, pourquoi t’être lancée dans ce projet ?

S : J’ai senti que les efforts déployés pour se montrer, faire connaître son travail, partager ses passions, vendre ses créations étaient assez aléatoires dans les circuits mis à notre disposition. L’intervention de « Jean-Luc » en visio dans le cadre du réseau de la CMA a déclenché une réaction immédiate et en chaîne, d’abord chez Julien, et j’ai immédiatement emboité le pas dans l’enthousiasme d’un projet dont je ne maîtrisais absolument pas les contours. Comme si tout devait se tenter pour se différencier et exister, mais autrement et différemment. Heureusement que nous nous entendons bien avec ce Juju, parce que nous passons beaucoup de temps ensemble.

PdSF : Quel est ton rôle dans l’asso aujourd’hui ? Quelles sont tes principales missions au quotidien ?

S : Comme chacun, je suis garante de porter et représenter les valeurs de l’association auprès de tous. Je me considère comme une ambassadrice. 

Je prends part aux grandes décisions, projets et orientations de l’association.

Ayant mon atelier au Lieu, on veille a sa bonne tenue.

Naturellement, je suis devenue une des référentes des relations avec les artisans, la centralisation des inscriptions aux évènements. Je suis « Madame Marché de Pontoise » et d’autres 😉

Je participe à son évolution et propose /accompagne les projets qui ne manquent pas.

PdSF : Pourquoi as-tu choisi d’être artisane cirière ?

S : Dès que j’ai compris que les bougies que j’achetais, en grand nombre dans le commerce, étaient très majoritairement toxiques, je me suis tournée assez naturellement vers la cire d’abeille à un moment où j’ai eu la chance de rencontrer un apiculteur qui me proposait de vivre une expérience, assez unique. 

Dans une vie antérieure, je réalisais des bougies en cire d’abeille pour agrémenter les bougeoirs en bois que je tournais. Après un grand intermède salarié, je voulais absolument reprendre une activité artisanale et manuelle, qui reflète mes engagements et porte mes valeurs éthiques : respect de l’environnement, économie responsable, circuits courts, matières naturelles, etc.

PdSF : As-tu une anecdote à nous raconter sur ton activité ?

S. : J’en aurais plusieurs.

Un habitant de la ville où j’habitais avant d’arriver à Pontoise m’appelle pour me proposer la cire récoltée sur les deux ruches dans son jardin.

Excitée, j’accepte. Je me retrouve à transporter des bassines de cire dans ma voiture. Arrivée dans ma cuisine (là, on y est !) je commence à me moquer de moi-même devant l’ampleur des astuces qu’il allait falloir trouver pour ne pas transformer mon appartement en ruche géante.

La scène était assez cocasse : ma cuisine ressemblait à un labo ! Je n’avais pas moyen de reculer. Il fallait agir et vite ! Les abeilles ont très vite compris qu’il ne fallait pas passer à côté de ce festin plus copieux que d’habitude.

Il y avait des moules, des gamelles, des casseroles…. Et plein d’abeilles. Elles avaient carrément les pates dans les casseroles où fondait la cire. Elles avaient l’air de se régaler. Je veillais à ce qu’elles ne se brulent pas les pattes. Il y avait un doux mélange de cire et de miel.

J’y ai passé tout mon week-end. C’était assez rigolo : du coup, j’ai récolté plus de miel que de cire. 

PdSF : Quel est ton incroyable talent ?

S. : L’envie, l’écoute et la persévérance (je sors du cadre)

PdSF : Si tu étais une plante, laquelle serais-tu ?

S. : J’aimerai bien être un tournesol : grand et généreux, le cœur tout jaune, se tournant vers le soleil pour puiser son énergie.

La violette, le jasmin et le crocus : pour leurs délicatesses et leurs parfums.

PdSF : Donnes-tu des ateliers et si oui, lesquels ?

S. : En effet, je propose des ateliers « à la carte » sur toutes les activités : créer une bougie gaufrée, créer sa bougie «  chinée » avec son contenant préféré, des bougies dans des moules, la réalisation de bee wrap avec son tissu préféré.

PdSF : Où peut-on te retrouver (réseaux, site, atelier, marchés, expos…)

S. : Bien sûr ! Je suis « connectée » : Instagram, Facebook, site internet, LinkedIn, là où il faut être quand on est artisan.

🐝

Jérémy, Artisan savonnier

Jérémy, c’est le Directeur suppléant. Je dirais que c’est quelqu’un de très calme (enfin faut pas le chercher quand même) et de jusqu’au-boutiste. Mais où trouve-t-il toute cette énergie, un bel exemple d’entreprenariat dans tous les cas !

Poésie des Savoir Faire : Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Jérémy : Je suis Artisan savonnier depuis 2020 et créateur de la savonnerie Bubbles For Earth, labellisée Nature et Progrès. J’essaie de faire prendre conscience aux personnes que le contenu des cosmétiques n’est pas toujours clean et à se méfier des sociétés “greenwhaseuses”. Je livre à 70% en vélo cargo électrique et le reste en voiture électrique.

PdSF : Quel est ton rôle dans l’association aujourd’hui ?

J. : A la fois le trublion et le co-directeur “forcé” car le directeur cherchait un coup de main et le CA m’a désigné volontaire. J’essaye d’aider les artisans à se professionnaliser, à réfléchir coût/rentabilité afin de pouvoir enfin vivre de sa passion.

PdSF : Peux-tu décrire l’association en 3 mots ?

J. : Ambitieuse, simplicité et bienveillante

PdSF : Pourquoi as-tu choisi d’être savonnier ?

J. : J’en avais marre de l’odeur des gens dans le métro dans mon ancien métier alors…. non je plaisante…. J’ai toujours été attiré par la chimie , j’ai même fait une prépa de Physique / Chimie avant de bifurquer sur une autre voie . La vie est pleine de surprise mais le fait de créer à partir de réaction me manquait et je cherchais un métier qui a du sens, avant j’étais dans l’informatique et on se demande à quoi ça sert concrètement à part payer les factures….

La savonnerie m’a aussi permis de mettre en avant mon côté écolo que je peinais à mettre en oeuvre dans mon ancien métier.

PdSF : Quel est ton plus gros challenge en tant qu’artisan ?

J. : Réussir à en vivre

PdSF : As-tu une anecdote à nous raconter sur ton activité ?

J : Sur les marchés/ foires, les personnes qui n’hésitent pas à me montrer leur peau (toute partie du corps) et à me demander des conseils dermatologiques. Je leur rappelle que je suis chimiste et qu’un savon n’est pas un médicament même si ça peut aider à soulager mais ça ne va pas guérir la peau.

PdSF : Si tu devais te réincarner en animal. Lequel choisirais-tu ?

J. : Un oiseau pour me permettre de voler, mon rêve de passer mon permis avion, d’aller dans l’espace, mais je sais que c’est contraire à mes convictions écologiques alors si après la mort on se réincarne, je choisirai un oiseau.

PdSF : Donnes-tu des ateliers et si oui, lesquels ?

J. : Oui autour de la savonnerie, création de savons ménager, cosmétiques, initiation à la savonnerie pour les enfants. J’essaie de m’adapter à l’audience pendant les ateliers.

PdSF : As-tu un conseil pour se lancer dans l’artisanat ?

J. : Si c’est pour en vivre, ne pas croire qu’on va passer ses journées à créer c’est utopiste, il faut savoir que c’est environ 20% du temps, le reste c’est la vente, administratif, marketing, etc.

Si c’est un passion-weekend alors lances toi si tu as le temps et l’envie mais en restant dans les règles.

PdSF : Où peut-on te retrouver (réseaux, site, atelier, marchés, expos…) ?

J. : Ma savonnerie est présente sur le web www.bubblesforearth.com, les réseaux sociaux et le planning de mes expositions est disponible sur le site.

Chris, Présidente de l’association

Portrait de Chris, présidente de l'association Poésie des Savoir-faire
Portrait de Chris, présidente de l'association Poésie des Savoir-faire

Christine est la force tranquille de l’association. On ne pourrait pas souhaiter meilleure présidente. Investie et garante des valeurs, elle est à l’écoute et attentive. Son travail à plein temps et le fait qu’elle ne soit pas artisane professionnelle ne l’empêche pas d’être au fait de chaque projet et temps fort de la vie de l’association.

Poésie des Savoir-faire : Peux-tu te présenter en quelques mots ? Chris : Hello, Christine ou Chris, je suis la Présidente de l’association Poésie des Savoir-faire.

PdSF : Tu fais donc partie des fondateurs de l’association, pourquoi t’être lancée dans ce projet ?

C : Le projet avait l’air tellement perché que la curiosité m’a piquée, j’ai senti qu’il fallait que je fasse partie de l’aventure, et le challenge m’a motivée avec la perspective de me consacrer à autre chose que le fameux “métro-boulot-dodo”.

PdSF : Quel est ton rôle dans l’asso aujourd’hui ? Quelles sont tes principales missions au quotidien ?

C : Mon principal rôle ? Je dirais… être une ambassadrice de l’association. Etant la seule non artisane, je trouve que cela rend mon positionnement assez spécial. Je dépense mon énergie à la recherche du développement du collectif, c’est extrêmement gratifiant ! Cela nourrit un sentiment de reconnaissance et me pousse hors de mes retranchements sur différents aspects. J’aide également sur la partie communication, préparation des évènements d’artisanat, des friperies, etc.

PdSF : Peux-tu décrire l’association en 3 mots ?

C : Bienveillance, écoute et bonne humeur.

PdSF : As-tu une anecdote drôle sur l’association ?

C : Est-ce que l’on reparle vraiment de Brigitte qui est sortie du Lieu en voiture en empruntant les escaliers ?

PdSF : Quel est ton plus gros défi ?

C : Concilier ma vie professionnelle, avec mon engagement à l’association et tout le reste !

Pratiques-tu des activités manuelles ? Si oui, lesquelles ?

C : Quand je trouve un peu de temps, du dessin, de la peinture, de la poterie…

PdSF : Quel est ton incroyable talent ?

C : J’ai le pouvoir d’invisibilité lol, je plaisante ! Je n’ ai pas encore développé d’expertise créative mais bientôt peut-être !

PdSF : Si tu devais te réincarner en animal, lequel choisirais-tu ?

Un guépard.

PdSF : Que dirais-tu à quelqu’un qui hésite à rejoindre l’association ?

Allez viens ! ça va être fun, mais j’te cache pas qu’il y a un peu de boulot 😉 On a rien sans rien parait-il !

Julien, Directeur de l’association

Julien, Directeur de l'association Poésie des Savoir faire
Julien, Directeur de l'association Poésie des Savoir faire

Julien, Directeur de l’association, comment le décrire ? C’est une pile électrique qui regorge d’idées et qui aime relever les défis. Quelque peu têtu mais très à l’écoute, il est à cheval sur la bienveillance. On peut dire qu’il a su convaincre la petite bande de départ de se lancer dans cette aventure passionnante.

PdSF : Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Julien : Je suis directeur et fondateur de l’association Poésie des Savoir-faire. Je suis garant des valeurs de l’association et de l’application de l’holacratie qui la régie.

PdSF : Pourquoi as-tu créé l’association ?

J : On a créé l’association à 3 artisans et 2 non artisans pour tenter de casser les codes, généralement élitismes, qui bordent les savoir-faire d’excellence et pour mutualiser les moyens et les savoirs. On a surtout souhaité mettre les valeurs humaines au centre de nos projets au delà de la qualité des créations où de l’image. On était convaincu (et on l’est toujours) que l’humilité permet de progresser, que la bienveillance donne l’assurance et la confiance nécessaire pour prendre le risque de voir plus loin et le partage donne accès à plus d’outils, de connaissances, de soutiens, d’idée, etc.

PdSF : Quel est ton rôle dans l’asso aujourd’hui ? Quelles sont tes principales missions au quotidien ?

J : Je suis référent des finances, de la politique, et garant des valeurs. Je m’occupe de faire évoluer l’association, d’accompagner, avec d’autres, les adhérents dans leurs projets individuels et collectifs. Je suis également en relation avec les partenaires institutionnels ou privés et les mécènes. Je contribue a monter des projets pédagogiques et scénographique. Je fais beaucoup de choses différentes et j’adore ça ! Même si c’est énergivore et chronophage.

PdSF : Comment vois-tu l’association dans 5 ans ?

J : En fin de saison, on fait un prévisionnel d’activités pour l’année à venir et on a toujours été surpris de voir que l’évolution dépasse tout attente. Donc dans 5 ans ? Hummm… Un truc énorme ! Ou un truc qui n’existe plus. Mais je regarde vers un truc énorme hein ! Allez on y va !

PdSF : Quel est ton plus gros challenge ?

J : C’est de rester déstressé au quotidien, face à la personne un peu compliqué du moment, face à l’argent qui sort, l’argent qui rentre, face aux retournements de situation, les projets qui voient trop petit, les projets qui deviennent trop gros… Le gros challenge c’est d’être positif et souriant tous les jours et pour l’instant (je croise doigts de mains et doigts de pieds) c’est cool

PdSF : En plus d’être l’un des piliers de l’association, tu es également ennoblisseur de palettes, en quoi ça consiste ?

J : Très simple, je récupère des palettes, je les coupes, les rabottes, je les ponces, je les assembles… Et j’en fait des objets en tout genres de plus petit au plus gros, du plus brut au plus raffiné.

PdSF : Quelle personnalité t’inspire le plus ?

J : Mon père, la force tranquille, observateur, sans jugement mais avec les analyses et les mots justes à chaque situation.

PdSF : Si tu devais te réincarner en animal. Lequel choisirais-tu ?

J : Le dindon ! C’est nul mais quand un truc me vient direct en tête c’est que ça doit sortir

PdSF : J’ai aussi entendu dire que tu étais intermittent du spectacle, peux-tu nous en dire plus ?

J : Une longue histoire avec d’abord la musique, les concerts, les albums puis le travail du son, pour finir régisseur son dans un théâtre. Je continue quelques jours par mois parce que j’aime bien et parce que ça me permet d’avoir le statut d’intermittent sans lequel je devrait être salarié de l’association : impossible pour le moment.

PdSF : As-tu un conseil à donner aux personnes qui souhaitent se lancer dans l’artisanat ?

J : Faire ce qu’on aime n’a pas de prix ! Brisez les barrières entre loisirs et travail. Cette fausse croyance : Le travail est pour manger et le loisirs pour s’amuser, qu’on ne peut pas mélanger les deux, jetez la au feu et Jetez vous à l’eau mais ne perdez jamais de vue qu’on a rien sans rien. Acceptez l’ascenseur émotionnel. Acceptez de vous tromper de cible, de moment ou de produits. Ne cédez pas aux peurs ni aux certitudes, prenez des risques. Et si vous voulez mon avis : On s’en sort beaucoup mieux à plusieurs… Si on ne pense pas qu’à soi.